Avant de partir

JPEG25 heures d’avion ainsi que 20 000 kms séparent la Nouvelle-Zélande de l’Europe avec un décalage horaire de 10h à 12h selon les périodes de l’année. C’est une réalité qu’il convient de ne pas sous-estimer :
- dans les communications régulières (email, Skype, téléphone) que vous entretiendrez avec vos proches,
- en cas de retour d’urgence vers la France
- pour l’organisation de vos séjours touristiques dans la région (Singapour, porte d’entrée sur l’Asie, se situe à plus de 12h d’avion d’Auckland).

Le coût de la vie est élevé en Nouvelle-Zélande et cela concerne la quasi-totalité des secteurs (immobilier, transports, produits de consommation courante). Soyez également conscient(e) que depuis quelques années, l’évolution du taux de change est assez défavorable aux visiteurs en provenance d’Europe.

La Nouvelle-Zélande mène une politique d’immigration professionnelle ciblée et sélective, clairement affichée, dictée par les priorités économiques du pays et les besoins en main-d’œuvre identifiés dans certains secteurs d’activité. En d’autres termes, il est faux de penser que, quel que soit son profil professionnel, et à fortiori en étant titulaire d’un Working Holiday Visa (WHV), il vous sera possible d’exercer dans votre domaine de formation et de résider durablement dans le pays. Parallèlement, il est important d’être conscient de la finalité économique du WHV, laquelle est de fournir une main d’œuvre flexible et reconnue comme peu exigeante aux secteurs régulièrement déficitaires (agriculture).

JPEGSoyez conscient(e) ducaractère très concurrentiel du marché du travail pour les emplois habituellement dédiés aux titulaires d’un WHV (restauration, vente par correspondance et à domicile, fruit picking…).
La Nouvelle-Zélande est engagée dans un programme vacances travail (WHV) avec une vingtaine de pays. La recherche d’un emploi sur place suppose que vous puissiez justifier d’un niveau d’anglais d’autant plus correct que vous vous trouverez en concurrence avec des jeunes étrangers (autre WHV et étudiants) souvent parfaitement anglophones.

Quel que soit le domaine concerné, la loi néo-zélandaise est appliquée avec rigueur et les dispositifs de répression sont très dissuasifs. Les notions d’honnêteté, de respect de la parole donnée, de légalité et en général, respect de la loi et des autorités qui en sont dépositaires sont particulièrement ancrées dans la société néo-zélandaise. En d’autres termes, il n’est pas concevable de faire valoir votre statut d’étranger pour justifier d’un non-respect des règles de sécurité routière (exemple, ne pas mettre sa ceinture de sécurité) ou de discuter avec l’autorité de police le bien-fondé de votre interpellation ou de l’amende qui vous a été notifiée.

Dernière modification : 01/12/2014

Haut de page