Mars 2015 : Editorial de Mme l’Ambassadeur

Bonjour à tous, Kia Ora,

JPEGC’est avec grand plaisir que j’ai pris au tout début du mois de mars mes fonctions d’Ambassadeur de France en Nouvelle-Zélande. Le 3 mars, à l’occasion d’une cérémonie marquée par un accueil maori chaleureux et empreint de tradition, j’ai présenté mes lettres de créance au Gouverneur Général, Lieutenant General The Right Honorable Sir Jerry Mateparae.

La Nouvelle-Zélande est un pays que je connais encore modestement ; je l’ai visité une première fois dans un cadre familial, il y a 20 ans. J’avais alors découvert une terre riche de par ses habitants tellement accueillants, de par sa culture marquée par l’histoire maorie et celle des immigrants. Je n’ai pas oublié, bien entendu, ses paysages si impressionnants !

Tout au long de ma vie professionnelle, j’ai aussi appris à connaître un pays qui se projette dans le monde. Mon dernier poste occupé de 2011 à 2015, en tant que Ministre conseiller pour les affaires économiques à l’ambassade de France au Japon, m’a permis, dans sa responsabilité régionale, de coordonner et d’animer la relation franco-néo-zélandaise. Dans ce cadre, j’ai pu apprécier le développement des relations entre nos deux pays, la diversification de nos échanges dans les domaines politique, économique, culturel, scientifique et universitaire, notamment. J’ai également apprécié la compétence des Néo-Zélandais dans le cadre des négociations multilatérales, au GATT et à l’OMC : d’excellents négociateurs ! La récente rencontre à Paris entre les ministres des Affaires étrangères français et néo-zélandais, MM. Laurent Fabius et Murray McCully témoigne de l’excellence de la relation.

Avec toute mon équipe au sein de l’ambassade, j’ai à cœur de renforcer cette coopération et de la diversifier, en particulier dans le domaine économique car elle est clairement en dessous de son potentiel.

2015 sera une année importante, marquée par notre coopération et le dialogue engagé au Conseil de sécurité des Nations Unies depuis l’élection de la Nouvelle-Zélande pour un mandat de deux ans.
Les deux pays se retrouveront aussi à Paris en fin d’année à l’occasion de la Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, la COP21, que la France accueillera et présidera pour finaliser un accord international sur le climat. Les tristes images des dégâts causés par le cyclone Pam dans certaines îles du Pacifique nous rappellent la nécessité et l’urgence de parvenir à un tel accord.
En réponse à l’appel du président du Vanuatu, la France, dans le cadre de l’arrangement tripartite sur la coopération régionale en matière d’aide d’urgence, FRANZ, apporte ainsi une aide humanitaire coordonnée avec ses partenaires néo-zélandais et australiens, en adéquation aux besoins exprimés par les autorités.

Notre relation est aussi marquée par l’histoire, et en particulier par l’engagement commun de nos deux pays lors de la Première Guerre mondiale. Dans un mois, j’assisterai pour la première fois aux célébrations de l’ANZAC qui revêtent une importance particulière dans le cadre du centenaire de la première guerre mondiale. A cette occasion, j’accueillerai en Nouvelle-Zélande une délégation de sénateurs français présidée par M. Jean-Marie Vanlerenberghe, président du groupe inter-parlementaire d’amitié France-Nouvelle-Zélande, ainsi que le maire d’Arras, M. Frédéric Leturque, venus rendre hommage aux troupes néo-zélandaises ayant combattu aux côtés des alliés lors de la Grande Guerre.

Je souhaite enfin pouvoir approfondir le dialogue avec vous tous, chers compatriotes. Vous êtes les premiers représentants de la France en Nouvelle-Zélande, dans votre milieu professionnel et dans votre cercle personnel, vous contribuez au rayonnement de notre pays. J’ai d’ores et déjà pu observer le dynamisme de notre communauté française, une communauté intégrée, impliquée et en forte augmentation. L’ambassade et en premier lieu le service consulaire ont récemment mis en place une série de mesures pour répondre au mieux à vos besoins. Deux tournées consulaires à Christchurch et Auckland sont déjà planifiées pour l’année 2015 et d’autres sont en préparation. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés.
Je saisis l’occasion de cette lettre pour remercier les treize volontaires qui ont proposé de participer au dispositif de sécurité en tant que chefs d’îlots. Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux candidats et je vous invite à vous faire connaître auprès de mes services si vous souhaitez rejoindre notre réseau de sécurité.

Je reste bien sûr à votre disposition. Je vous recevrai avec plaisir à l’ambassade à Wellington mais également lors de mes déplacements dans le pays pour venir ainsi à votre rencontre.
Je me réjouis de vivre et travailler avec vous tous et avec nos amis néo-zélandais dans le pays du long nuage blanc.

A bientôt donc.

Très respectueusement,
Florence Jeanblanc-Risler

Dernière modification : 26/09/2016

Haut de page