L’action du MAEDI pour attirer davantage d’investisseurs et de talents

JPEG

L’attractivité du site France : une priorité du ministère pour laquelle de nombreux outils sont mobilisés

Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international s’adapte aux nouveaux enjeux mondiaux.

Pour mettre en œuvre une politique étrangère en faveur de la croissance et de l’emploi en France, dans un contexte international de plus en plus globalisé, le ministère s’est enrichi, en avril 2014, du Secrétariat d’Etat chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger.

L’ensemble des services de l’Etat concourt à mettre leurs compétences aux services de l’économie française. Pour soutenir ces nouveaux objectifs, le ministère a développé, avec la diplomatie économique, de nouvelles compétences :

Huit représentants spéciaux

Huit représentants spéciaux de très haut niveau à l’expertise reconnue soutiennent nos relations économiques avec des pays particulièrement importants pour nos relations commerciales et participent à la recherche de nouveaux investisseurs financiers.

Par exemple, en Chine, l’appui de Martine Aubry a permis, entre autres, la préfiguration d’un projet de ville durable à Wuhan intégrant des nombreux acteurs français spécialistes en la matière, ou la signature en 2013 d’un accord franco-chinois de coopération en matière de vaccination contre la grippe aviaire, a ouvert de très importantes perspectives commerciales à l’entreprise CEVA santé animale, implantée à Libourne (Aquitaine) et employant 2900 salariés.

Les ambassadeurs pour les régions

Les ambassadeurs pour les régions, diplomates chevronnés ayant eu au moins deux postes d’ambassadeurs à l’étranger, ont été mis à disposition des présidents de conseils régionaux qui le souhaitent, afin de favoriser le rapprochement entre les régions, leurs entreprises et le réseau diplomatique. Ils participent ainsi au soutien des entreprises françaises qui souhaitent exporter et facilitent les contacts et l’accueil des investisseurs étrangers internationaux et mettent en valeur les atouts des régions françaises.

Business France

Business France : Depuis le 1er janvier 2015, le réseau diplomatique du ministère des Affaires étrangères et du Développement international s’est enrichi d’un nouvel opérateur pour le soutien au commerce extérieur et à l’attractivité du territoire.
Placé sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, du ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi et du ministère chargé de l’Aménagement du territoire, Business France est né de la fusion d’Ubifrance de l’AFII, le 1er janvier 2015.

Reprenant les missions des deux anciens opérateurs, la nouvelle agence a pour une double mission :

  • aider les petites et moyennes entreprises ainsi que les entreprises de taille intermédiaire, à mieux se projeter à l’international ; et
  • attirer davantage d’investisseurs étrangers en France pour y créer ou y reprendre des activités créatrices d’emplois.

Dispositif plus cohérent et plus lisible pour les investisseurs étrangers et pour les entreprises françaises, le rapprochement des deux opérateurs vise à assurer une plus grande synergie entre les deux activités principales de la nouvelle agence, un tiers des exportations étant le fait de filiales d’entreprises étrangères.

Le rôle du ministère au Conseil stratégique de l’Attractivité (CSA)

En 2014, en février et en octobre, le gouvernement a organisé un Conseil stratégique de l’attractivité – CSA. Initiative du gouvernement, le CSA a pour mission de créer un espace de dialogue avec les investisseurs pour recueillir leur opinion sur l’image de la France et sur les barrières existantes à l’implantation des entreprises étrangères. Les conseils issus de ces rencontres sont destinés à aider la mise en place de mesures gouvernementales adéquates afin de favoriser l’attractivité des investissements internationaux vers la France.

Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international est, en propre, chargé de conduire les réformes dans le domaine international :

  • L’extension des programmes d’accueil des start-up ;
  • Le renforcement des programmes d’accueil des étudiants-chercheurs étrangers sur le territoire français ;
  • La mise en place de la plateforme Alumni (lien http://www.francealumni.fr/fr ) réunissant les anciens étudiants qui ont fait leurs études en France. La plateforme française a la particularité de fédérer les alumni originaires du monde entier et de les mettre en réseau avec des acteurs publics et privés ; (lien vers Campus France)
  • Une politique d’attractivité en faveur des organisations internationales : les sièges des organisations, comme des entreprises, participent à la croissance française ;
  • L’accélération de la procédure de remise des visas (rendez-vous compris) à 48h pour les clients ;
  • Le renforcement du dispositif institutionnel d’appui à l’internationalisation de l’économie française, notamment à travers la fusion de l’Agence internationale des investissements internationaux, l’AFII, et l’Agence française pour le développement international des entreprise, Ubifrance, dans une agence unique, Business France (lien vers Business France) en faveur de améliorer l’internationalisation de l’économie française, soit en aidant les entreprises nationales à s’étendre ou en attirant des capitaux étrangers.

Dernière modification : 22/12/2015

Haut de page