Décembre 2015 : Message de Florence Jeanblanc-Risler

Chers amis français,

JPEGL’été austral est là. Nous le souhaitons tous, car pour mon premier été en Nouvelle-Zélande, les températures à Wellington sont encore fraîches, peut-être une façon de ne pas me dépayser d’un Noël hivernal en France !

En cette veille de fin d’année, je souhaite revenir sur deux événements qui ont marqué notre pays, la France, mais aussi la Nouvelle-Zélande et le monde et dont les conséquences nous concernent toutes et tous.

Tout d’abord, la conclusion le 12 décembre dernier à Paris d’un nouvel accord pour lutter contre le changement climatique est un tournant historique. 195 pays s’engagent ainsi à mettre en œuvre des politiques pour limiter à bien en deçà de 2°C, voire de 1,5°C, le réchauffement de notre planète en transformant lleurs économies en sociétés bas carbone, faible émettrices de gaz à effet de serre. Cet accord de par sa portée va concerner chacune et chacun d’entre nous dans notre vie quotidienne. Il est aussi le résultat, reconnu par l’ensemble des participants à la conférence, d’un travail remarquable de la présidence française de la COP21 et de son réseau diplomatique. Nous pouvons être fiers de notre pays et de son engagement pour la planète.

Déjà en 1860, Victor Hugo écrivait :
« Rien n’est solitaire, tout est solidaire. L’Homme est solidaire avec la planète, la planète est solidaire avec le soleil, le soleil est solidaire avec l’étoile, l’étoile est solidaire avec l’infini. Ôtez un terme de cette formule et l’équation chancelle, la création n’a plus de sens dans le cosmos et la démocratie n’a plus de sens sur la terre. ».

Cette solidarité a également été notre réconfort après l’horreur des attentats du 13 novembre qui ont marqué Paris, la France et le monde.

Les mots ne peuvent traduire l’horreur ; les mots peuvent à peine traduire l’émotion profonde de toute une nation, émotion partagée avec le monde entier ; les mots peuvent cependant dire merci. Le 13 novembre, c’est la jeunesse de notre pays, les valeurs universelles de liberté, égalité et fraternité portées par notre pays et largement partagées dans le monde, qui ont été ciblées, touchées, mais restent vivantes. L’émotion de notre communauté française, de nos amis kiwis et du reste du monde a été immense. Je souhaite vous remercier pour votre soutien et votre solidarité avec nos compatriotes à Paris et vous dire combien nos amis néo-zélandais ont été chaleureux à notre égard en ces moments difficiles. Ici comme partout dans le monde, poursuivons nos efforts pour défendre les valeurs de démocratie et de liberté.

Depuis mon arrivée en Nouvelle-Zélande en mars dernier, j’ai beaucoup voyagé pour aller à votre rencontre, de Wellington à Auckland, de Christchurch à Dunedin, Napier et Tauranga, Palmerston North. Je n’oublie pas Queenstown, pour 2016 !

Notre communauté est en croissance régulière (plus de 4880 français inscrits au consulat ; la réalité doit être plus proche de 10 000) ; elle est jeune (40% moins de 40 ans). 7000 jeunes Français viennent chaque année dans le cadre du programme de Visa Vacances Travail. La Nouvelle-Zélande et le « kiwi way of life » exercent manifestement un grand attrait sur les Français ! L’équipe consulaire de l’Ambassade est à votre disposition à Wellington, comme dans le reste du pays lors des tournées que nous veillerons à densifier en 2016. Nos formidables consuls honoraires sont aussi vos référents. Qu’ils soient remerciés pour leur engagement.

Notre présence économique dans le pays se développe : plus d’une centaine de filiales françaises, quelques très beaux contrats gagnés en 2015 (rachat de Barker’s of Geraldine par Andros, marché du transport urbain ferroviaire de Wellington remporté par Transdev, SafeAir à Nelson acheté par Airbus, développement des activités de Danone, etc.). Il y a encore de belles choses à faire ensemble en 2016.

Notre présence culturelle se diversifie également : non seulement le festival du film français (36 000 spectateurs en 2015) mais également l’ouverture de deux résidences pour artistes (l’une dédiée aux technologies créatives à Auckland et la seconde à la création contemporaine à Wellington). 2015 est l’année de deux anniversaires : les 70 ans de l’établissement de notre relation diplomatique et les 10 ans de notre programme de coopération scientifique Dumont d’Urville.

En 2016, je vous propose de continuer à construire ensemble de nouvelles mémoires entre nos deux pays sans oublier celles, plus douloureuses mais fraternelles, formées par exemple, il y a 100 ans pendant la première guerre mondiale lors des batailles de la Somme.

Je vous souhaite de très joyeuses fêtes sous les cieux lumineux et changeants de Nouvelle-Zélande et vous adresse, ainsi que toute l’équipe de l’Ambassade, mes vœux chaleureux pour une très belle et pétillante année 2016.

JPEG






Florence Jeanblanc-Risler

Dernière modification : 22/02/2016

Haut de page