Mobilisation de la France au Vanuatu

Communication de l’ambassade de France au Vanuatu

Dès le passage du cyclone tropical Pam sur le Vanuatu, le Président de la République française, M. François Hollande, a assuré le président de la République du Vanuatu, M. Baldwin Lonsdale, de l’entier soutien de la France pour faire face aux conséquences désastreuses du cyclone.

JPEG

Le 15 mars, une équipe des forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) s’est rendue sur place à Port-Vila pour procéder, en liaison avec les autorités du Vanuatu ainsi qu’avec nos partenaires de l’accord FRANZ (1) l’Australie et la Nouvelle-Zélande, à une première évaluation de la situation. Un appareil Gardian a ainsi effectué une reconnaissance aérienne des îles de la province de Taféa (Tanna, Erromango, Futuna, Anatom et Aniwa) dans le sud du pays.

Plusieurs équipes de spécialistes de la sécurité civile, venus de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie française, sont sur place à Tanna, qui est très touchée (8 décès confirmés et près de 7 000 personnes sans abri ou déplacées) et travaillent, avec la Croix-Rouge, à dégager les accès des villages à des sources d’eau potable ainsi qu’à remettre en état les points de captage. Trois missions d’évacuation sanitaires de blessés (huit personnes concernées au total) ont également été effectuées vers l’hôpital de Port-Vila, notamment un enfant atteint de traumatisme crânien et plusieurs bébés, dont l’un est né juste avant que sa mère embarque à bord du CASA. Une dizaine de touristes, particulièrement choqués, ont pu être évacués par les avions militaires vers Nouméa.

Les appareils Casa des FANC et des FAPF (Forces armées de la Polynésie française) ont effectué depuis le 16 mars douze rotations entre Nouméa, Port-Vila et Tanna, transportant notamment des équipes d’électriciens envoyées par EEC (Electricité et Eau de Calédonie), du matériel pour l’opérateur de télécommunications TVL et une pièce nécessaire pour rétablir le lien entre les aéroports et permettre la reprise des vols commerciaux. La frégate Vendémaire est arrivée le 19 mars à Tanna avec à son bord du 7t de fret de la Croix-Rouge et de l’association Solidarité-Tanna. Le patrouilleur La Glorieuse s’est rendu à Erromango pour une première mission et devrait également débarquer du fret à Tanna.

Par ailleurs, grâce à la Fondation Airbus Helicopters, un vol humanitaire a pu avoir lieu le 22 mars sur les îles d’Epi, Paama et Ambrym à la demande du ministre de la santé (livraison de vaccins et de médicaments). D’autres missions de ce type devraient suivre prochainement.

La France, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française poursuivent leur action pour venir en aide aux populations du Vanuatu très touchées par la catastrophe. Plusieurs navires affrétés à Nouméa et à Papeete devraient ainsi livrer du fret humanitaire (nourriture, eau, abris, semences…) dans les prochains jours.

L’Ambassade de France au Vanuatu, de son côté, est restée mobilisée jour et nuit dès avant le passage du cyclone : envoi de messages d’alerte, ouverture de l’ambassade dès le 15 mars après le rétablissement de l’électricité, mise en place d’une permanence d’urgence consulaire en contact avec nos compatriotes résidents ou de passage et avec leurs proches et leurs familles hors du Vanuatu, assistance aux touristes français et européens souhaitant quitter le pays, ouverture d’une cellule d’assistance psychologique, rencontre des personnes touchées, à l’ambassade ou sur le terrain. Un renfort à la section consulaire, en provenance du consulat général de France à Sydney, et une coordination quotidienne, tant avec les services du Haut-Commissaire en Nouvelle-Calédonie qu’avec les FANC, ont permis d’être à l’écoute des sollicitations de nos compatriotes, en liaison étroite avec le conseiller consulaire. Le lycée français JMG le Clézio a pu rouvrir ses portes ce lundi 23 mars, grâce à la solidarité active de tous.

Enfin, les entreprises françaises ou calédoniennes se sont montrées particulièrement réactives, en liaison constante avec l’ambassade, pour assurer, dans des conditions difficiles, un service efficace (UNELCO, Aircalin, EEC, OPT, TVL, BRED notamment). La Croix Rouge française, pour sa part, a immédiatement déployé des équipes sur le terrain, à Efate (nord et nord-est) ainsi qu’au nord de Tanna. Plus de 10 000 personnes bénéficient de son assistance. L’ONG « Solidarité Tanna » pour sa part se montre singulièrement active dans la distribution de l’aide.

Au total, la France, dans cette tragédie, a à cœur d’assister le Vanuatu à la mesure des liens historiques et amicaux qui lient les deux pays.

(1) L’accord FRANZ a été signé le 22 décembre 1992 et engage ses signataires (France, Australie et Nouvelle-Zélande) à échanger leurs informations afin d’assurer le meilleur usage de leurs ressources pour les opérations de secours à la suite de cyclones et autres désastres naturels dans la région.

DECLARATIONS FRANCAISES

Communiqué de l’Elysée - Passage du cyclone Pam au Vanuatu
14 mars 2015

Le passage du cyclone Pam, l’un des plus importants jamais connus dans la région, a provoqué des conséquences dramatiques au Vanuatu. Il aurait entraîné la mort de nombreuses victimes et de très importants dégâts matériels.

Le Président de la République adresse son plein soutien à la population et aux autorités du Vanuatu. Il exprime ses condoléances aux familles et aux proches des victimes et l’entière solidarité de la France face aux conséquences dramatiques de la catastrophe. Les autorités françaises répondront aux demandes d’assistance du Vanuatu.

Cette tragédie démontre, une fois de plus, l’urgence de lutter contre les dérèglements climatiques et d’aider les pays les plus vulnérables à y faire face.

La France est plus que jamais déterminée à obtenir un accord ambitieux lors de la Conférence sur le climat qui aura lieu à Paris en décembre prochain.

Communiqué du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international – Cyclone Pam
14 mars 2015

Après les ravages provoqués par le cyclone Pam, qui a fait de nombreuses victimes, la France exprime toute sa solidarité au peuple et aux autorités du Vanuatu. Elle se tient prête à répondre à toute demande d’assistance de leur part. Elle suit également avec attention la situation de nos ressortissants sur place par l’intermédiaire de notre ambassade à Port-Vila.

Cette tragédie souligne une nouvelle fois le danger que font courir à la planète les phénomènes météorologiques extrêmes, aggravés par les dérèglements climatiques. Elle intervient alors que se tient, à Sendaï, au Japon, la conférence mondiale des Nations Unies sur la prévention des risques de catastrophes.

Intervenant à l’ouverture de cette conférence, Laurent Fabius a exprimé son émotion et sa solidarité envers les familles et les proches des victimes. Il a souligné « qu’aujourd’hui, on estime que plus de 70% des catastrophes dites naturelles sont liées au dérèglement climatique. C’est deux fois plus qu’il y a vingt ans et ce le sera davantage à l’avenir ». Il a lancé, à cette occasion, « un appel pour que, le plus vite possible, les habitants des pays les plus vulnérables puissent accéder à un dispositif mondial qu’on pourrait appeler « Alerte catastrophe climatique » (Climate Disaster Warning ). L’objectif serait de fournir à tous les pays concernés des données météorologiques que plusieurs Etats tirent de leur réseau de surveillance météorologique implanté dans le monde entier ».

Cette catastrophe renforce encore la détermination de la France à trouver un accord ambitieux lors de la conférence sur le climat qu’elle présidera en décembre à Paris.

Déclaration de Laurent Fabius - Vanuatu - Mobilisation de la France
15 mars 2015

La France est pleinement mobilisée afin de répondre à la demande d’aide internationale émise par les autorités du Vanuatu.

Dès que les conditions d’accès aériennes l’ont permis, la France a dépêché des experts pour participer aux évaluations des besoins des populations, en appui de notre ambassade à Port-Vila.

Dans le cadre de l’accord de coopération humanitaire qui nous unit à l’Australie et à la Nouvelle-Zélande, les forces armées françaises, en lien avec la Croix-Rouge française, mettront en place, par voie maritime ou aérienne, l’acheminement d’une aide humanitaire et d’équipements d’urgence vers les îles affectées.
Un avion de patrouille maritime sera également affecté à des missions de reconnaissances aériennes.

Dans ce moment difficile, la France se tient aux côtés du Vanuatu.

Déclaration de Laurent Fabius - Vanuatu - Mobilisation de la France
16 mars 2015

Le cyclone Pam, d’une extrême violence, a dévasté le Vanuatu dans le Pacifique Sud. Le nombre de victimes n’est pas encore connu mais les dégâts matériels sont d’ores et déjà considérables. Plusieurs milliers de personnes sont sans abris. Dans ces circonstances tragiques, mes pensées vont aux victimes, au peuple et aux autorités du pays.

La France a entendu l’appel du président du Vanuatu. Dès dimanche, nous avons envoyé des experts pour participer aux évaluations des besoins des populations. Les forces armées françaises, en lien avec la Croix-rouge et nos partenaires australiens et néo-zélandais, mettent en place, par voie maritime ou aérienne, l’acheminement d’une aide humanitaire d’urgence vers les îles dévastées. Un avion de patrouille maritime est affecté à des missions de reconnaissance aérienne, essentielles en raison de la configuration de l’archipel. A Paris, le centre de crise et de soutien du ministère est mobilisé. Sur place, et malgré des communications difficiles, notre ambassade est en contact avec nos compatriotes et six d’entre eux ont été évacués à Nouméa. Je suis personnellement l’ensemble de ces opérations.

Cette catastrophe survient alors que se tenait, à Sendai, la conférence mondiale des Nations unies sur la prévention des risques de catastrophes. On sait que 70% des catastrophes dites naturelles sont liées au dérèglement climatique. Le cyclone Pam constitue un nouveau cri d’alarme pour que la communauté internationale prenne ses responsabilités.

Agir pour le climat, c’est d’abord protéger les populations les plus vulnérables. Plus que jamais, nous sommes face à l’urgence. Tout doit être fait pour que la conférence de Paris sur le climat permette un accord ambitieux.

Communiqué de l’Elysée - Entretien avec M. Lonsdale
17 mars 2015

Le Président de la République s’est entretenu ce matin avec Baldwin LONSDALE, Président du Vanuatu. Il lui a fait part de l’entière solidarité de la France face aux conséquences désastreuses du cyclone Pam et lui a présenté ses condoléances pour les familles et les proches des victimes. Il a salué le courage avec lequel le peuple et le gouvernement du Vanuatu font face à la catastrophe.

Le chef de l’Etat a assuré le Président LONSDALE du plein soutien de la France dans cette épreuve. Il a indiqué que l’aide apportée dès dimanche serait amplifiée dans les prochains jours pour répondre à l’urgence de la situation, évaluer les besoins et permettre la reconstruction du pays.

Le cyclone Pam est un nouveau cri d’alarme pour que la communauté internationale prenne toutes ses responsabilités dans la lutte contre le changement climatique, qui touche en priorité les plus vulnérables. Le Président de la République a rappelé sa détermination pour que la Conférence de Paris en décembre prochain permette un accord ambitieux.

Dernière modification : 23/12/2015

Haut de page