Onze jeunes ambassadeurs kiwis sélectionnés pour séjourner en France [en]

Onze étudiants néo-zélandais, entre 17 et 18 ans, ont été sélectionnés pour séjourner en France du 11 au 26 juillet 2014 dans le cadre d’un programme d’échanges scolaires entre la France et la Nouvelle-Zélande à l’occasion du Centenaire de la Grande Guerre.

PNG

Cette commémoration est l’occasion pour les élèves néo-zélandais d’explorer avec leurs homologues français, la signification et les répercussions profondes de cet épisode majeur de leur histoire commune. C’est pourquoi l’Ambassade de France en Nouvelle-Zélande et l’Association Néo-Zélandaise des Professeurs de Français ont initié un important programme d’échanges scolaires intitulé « Shared Histories », qui se déroulera pendant toute la période de la commémoration.

La jeune ambassadrice Caitlin Watters est l’une des participantes au projet : « Je pense que c’est important que les Néo-zélandais, et notamment ceux de ma génération réalisent la résonnance qu’a eu la Première guerre mondiale. Pas seulement pour ceux qui ont combattu mais pour les communautés locales et les familles en Nouvelle-Zélande. La guerre a eu un impact durable sur les communautés à travers tout le pays. »

Le programme Jeunes ambassadeurs

Onze élèves néo-zélandais sélectionnés au sein des établissements participant à « Shared Histories » ont été invités à se rendre en France du 11 au 26 juillet 2014. Ces élèves, qui ont tous un lien particulier avec la Grande Guerre à travers leur histoire familiale, étaient les « Jeunes Ambassadeurs » de leur pays, et ont témoigné de l’attachement de la jeunesse néo-zélandaise au devoir de mémoire. Ils ont visité les sites liés à l’engagement néo-zélandais dans la Grande Guerre, tels que les champs de bataille de la Somme, Longueval et le mémorial néo-zélandais, le cimetière de Caterpillar Valley, le Quesnoy et Arras où les élèves ont été accueillis dans des familles d’accueil. Certains des participants auront la chance unique de pouvoir se recueillir sur la tombe de leurs aïeuls, tombés en France .

« Mon arrière-arrière-grand-père, James Livingston, a combattu pour les forces alliées lors de la bataille de la Somme. Il est mort au combat et son corps n’a jamais été retrouvé […] J’aimerais découvrir ce qu’a vécu mon aïeul en tant que soldat kiwi pendant la Première Guerre mondiale. Je pense que visiter les endroits où il a combattu et me rendre au cimetière de Caterpillar Valley pourra m’y aider. » Jeune ambassadeur Sophie Allan

A Paris, les jeunes ambassadeurs ont été invités à participer à une réception tenue en leur honneur au ministère de l’éducation. Par ailleurs, le 14 juillet, ils ont eu la chance de suivre le défilé des champs Elysées ainsi que la cérémonie de commémoration sous l’arc de triomphe.

Le 12 juin, tous les ambassadeurs s’étaient
retrouvés à Wellington pour une journée de préparation avant le départ qui se terminera par une réception organisée par l’ambassadeur à la résidence de France. Ils avaient
ainsi pu faire connaissance et travailler ensemble sur les projets personnels qu’ils ont choisis comme support dans le cadre de ce programme.

Un blog est d’ores et déjà tenu par les ambassadeurs et tiendra lieu de journal lors du séjour, avec publication de photos, vidéos et textes.

Pour plus d’informations sur chacun des ambassadeurs : www.sharedhistories.com.

Shared histories, un programme d’échanges scolaires entre la France et la Nouvelle-Zélande à l’occasion du Centenaire de la Grande Guerre

PNG

Le projet Jeunes ambassadeurs s’inscrit dans le programme Shared Histories, un programme d’échanges scolaires entre la France et la Nouvelle-Zélande à l’occasion du Centenaire de la Grande Guerre. Il vise à créer un cadre de coopération permettant aux établissements scolaires français et néo-zélandais de former des partenariats en vue de travailler sur des projets pédagogiques communs sur le thème de la Première Guerre mondiale.

Suite à un appel à projets lancé en octobre dernier, treize nouveaux partenariats entre établissements néo-zélandais et français ont pu être initiés en direct lors d’un séminaire de contact par visio-conférence. En incluant les établissements ayant choisi de travailler avec des partenaires français existants, ce sont au total 25 écoles secondaires de Nouvelle-Zélande qui sont actuellement engagées dans des projets collaboratifs sur la Grande Guerre.
Le projet pédagogique est construit et réalisé à travers une collaboration à distance entre élèves et enseignants français et néo-zélandais, en contact notamment via le site internet www.sharedhistories.com.

Ce site constitue la vitrine des projets en cours, donne accès à des ressources, et est aussi un espace vivant d’échange et de dialogue pour tous ceux, élèves ou professeurs, qui sont impliqués dans les projets. Dans les semaines qui viennent,les établissements des deux pays pourront y rechercher en ligne un partenaire et de travailler sur des projets. Le site deviendra ainsi un outil pérenne de coopération scolaire entre la France et la Nouvelle-Zélande.
Pour en savoir plus sur Shared Histories, veuillez cliquer ICI.

“Shared Histories” bénéficie du soutien des ministères de l’éducation français et néo-zélandais.

Dernière modification : 04/02/2015

Haut de page