Représentation diplomatique de la Nouvelle-Calédonie en Nouvelle-Zélande [en]

Cadre institutionnel

L’Accord de Nouméa (9 mai 1998) autorise le transfert irréversible de certaines compétences détenues par la France vers la Nouvelle-Calédonie, à travers un processus en cours. La France demeure compétente dans les domaines régaliens que sont la police, la justice, la défense et la monnaie.
Les relations extérieures sont une compétence partagée entre la France et le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.

Plus proche voisin géographique de la Nouvelle-Zélande, PTOM de l’Union européenne (UE), la Nouvelle-Calédonie représente, pour ses voisins de la région, une plateforme potentielle d’accès aux marchés français et européens, selon les termes de la Décision d’Association Outre-mer de l’UE (DAO, décembre 2013). En 2015, les importations de la Nouvelle-Calédonie vers l’UE ont été de 200 M€, les exportations ayant atteint 1,2 Md€.

Au sein de la région Pacifique, la Nouvelle-Calédonie s’est engagée dans une dynamique renforcée d’intégration dans son environnement régional, en développant notamment une politique de diplomatie économique, basée sur le soutien aux entreprises exportatrices, et sur le développement d’une gouvernance de l’exportation.

En matière de coopération régionale, la Nouvelle-Calédonie, membre d’une douzaine d’organisations régionales et/ou internationales, est devenue membre à part entière du Forum des îles du Pacifique (FIP), lors du 47ème Sommet de Pohnpei (7-11 sept. 2016).
La Nouvelle-Calédonie possède le troisième PIB par habitant (29 400 €, 2015) de la région Pacifique, après l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

En matière de relations bilatérales avec la Nouvelle-Zélande, un Plan conjoint de coopération, définissant le cadre et les objectifs des échanges commerciaux bilatéraux, a été signé le 10 septembre en marge du Sommet du FIP à Pohnpei. Ce Plan, qui privilégie notamment les partenariats économiques, contribuera au renforcement des liens politiques et économiques entre la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande.

Economie

La Nouvelle-Calédonie est le troisième détenteur de réserves mondiales de nickel (11 %), après l’Australie (23 %) et le Brésil (13 %). 6ème producteur mondial de nickel, elle détient 25% des ressources nickelifères de la planète. Représentant 90% des exports néo-calédoniens et 10% de PIB en 2015, le nickel a généré un revenu de 920 M€.
La Nouvelle-Calédonie bénéficie de transferts financiers conséquents de la France, représentant entre 16 et 18% du PIB du Territoire.
En 2015, les exportations hors-nickel ont atteint 72 M€. Dix produits néo-calédoniens présentent un potentiel d’exportation pour les pays insulaires du Pacifique, et pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande :

i) les decks et clôtures en bois composite (composite de bois recyclé utilisant la farine de bois provenant des scieries) ;

ii) les systèmes de cultures « hors-sol », appropriés pour les petites exploitations fermières. Exportations à Vanuatu en 2012 et à Wallis et Futuna en 2014 ;

iii) les revêtements en lambris PVC, avec des applications pour les plafonds et revêtements intérieurs. Exportations vers la Nouvelle-Zélande en 2015 ;

iv) les chauffe-eaux solaires, exportés en Australie, en Polynésie française et à Wallis et Futuna ;

v) le thon et les crevettes d’élevage, exportés au Japon et en France ;

vi) les holothuries, exportées vers la Chine ;

vii) les produits agricoles manufacturés pour des marchés de niche « de bouche » (confitures, vanille, achards et piments) ;

viii) l’huile de santal ;

ix) les scories de nickel ;

x) les services (environnement, énergies renouvelables, innovation).

Représentation diplomatique de la Nouvelle-Calédonie en Nouvelle-Zélande

En novembre 2012, la Nouvelle-Calédonie a ouvert sa première représentation diplomatique à l’étranger, hébergée au sein de l’ambassade de France à Wellington. L’ouverture de la délégation de Nouvelle-Calédonie en Nouvelle-Zélande (la Délégation), et la nomination du Dr Yves LAFOY comme son "Représentant officiel", résultent d’un accord signé en 2012 entre la France et Nouvelle-Calédonie, permettant à la Nouvelle-Calédonie d’établir son propre réseau diplomatique dans la région Pacifique.

Le rôle de la délégation est double :

  • Bilatéral : renforcer le dialogue politique entre la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande, et intensifier la coopération dans les domaines de l’économie et du commerce, de la culture et de l’éducation, et des sciences et de l’innovation ;
  • Multilatéral : suivi du rôle et des activités de la Nouvelle-Calédonie au sein du Forum des îles du Pacifique et avec ses pays membres.

En 2016, trente-deux initiatives ont été menées et/ou coordonnées par la Délégation. Sept ont contribué au renforcement du dialogue politique bilatéral, et vingt-deux ont consisté en la promotion de l’attractivité économique de la Nouvelle-Calédonie, notamment à l’occasion de :

  • la création d’un « club affaires » Nouvelle-Calédonie – Nouvelle-Zélande en février à Auckland, afin de dynamiser les échanges économiques et commerciaux bilatéraux ;
  • la création du « Club d’affaires NC-NZ » en mars à Nouméa,
  • rencontres en tête-à-tête avec les entrepreneurs néo-calédoniens désireux d’exporter les produits ou services en Nouvelle-Zélande,
  • la mise à jour de la base de données relative aux entrepreneurs néo-calédoniens et néo-zélandais ayant des échanges économiques et commerciaux,
  • la signature de l’arrangement administratif et de l’échange de lettres entre la France et la Nouvelle-Zélande modifiant l’Accord de 1967 en matière de desserte aérienne (Auckland, 2 mai) ;
  • la signature du Plan conjoint de coopération NC-NZ (10 septembre, Pohnpei), cette signature capitalisant sur les deux visites en Nouvelle-Zélande du Président du gouvernement (mai et juin) à des fins d’intensification des échanges institutionnels et commerciaux bilatéraux,
  • l’organisation, en novembre à Nouméa, du séminaire Path To Market de l’agence Pacific Trade and Invest (PT&I), dédié à l’export de produits et services néo-calédoniens vers la Nouvelle-Zélande,
  • l’admission de la Nouvelle-Calédonie comme membre de plein droit du Forum des Iles du Pacifique (10 sept.), le suivi du dossier étant assuré depuis 2009 par le Délégué.

En 2017, les priorités de la Délégation se concentreront sur :

  • le soutien des entreprises de Nouvelle-Calédonie dans leurs démarches de prospection du marché néo-zélandais,
  • le développement de "joint-ventures" entre les entreprises de Nouvelle-Calédonie et de Nouvelle-Zélande, ainsi que le renforcement du transfert de compétences et les investissements en Nouvelle-Calédonie ;
  • la promotion de la Nouvelle-Calédonie comme destination touristique attrayante,
  • la poursuite de la promotion de l’attractivité économique de la Nouvelle-Calédonie auprès des agences gouvernementales néo-zélandaises et des entreprises intéressées par le marché néo-calédonien, via notamment, une sensibilisation aux Orientations pour le soutien à l’export (OSE),
  • l’intensification des échanges avec les ministères et agences gouvernementales néo-zélandaises, sur les implications – politiques et économiques - de l’admission de la Nouvelle-Calédonie comme membre de plein droit au Forum des Iles du Pacifique.

PNG

Dernière modification : 05/01/2017

Haut de page