Le Fonds Pacifique : Trois nouveaux projets de recherche [en]

PNG

Lors du dernier processus de sélection du « Fonds Pacifique » du ministère français des Affaires étrangères et du développement international, trois nouveaux projets de collaboration entre des organismes de recherche néozélandais et des collectivités françaises du Pacifique ont été retenus. L’appel à projets de 2015 était centré sur quatre axes thématiques : le changement climatique, la sécurité alimentaire, la sécurité sanitaire, et le développement économique.

PLUVAR : Variabilité intra saisonnière des pluies sur les îles

(Nouvelle-Zélande : Université d’Auckland, NIWA ; Nouvelle-Calédonie : IRD Nouméa, Météo France ; Fidji : Université du Pacifique Sud ; Polynésie Française : Université de Polynésie Française)

L’étude de la variabilité intra saisonnière des pluies dans le Pacifique, la compréhension des mécanismes de contrôle et l’identification des facteurs d’influence sont fondamentaux pour permettre aux pays insulaires du Pacifique de mieux se préparer et lutter contre les aléas climatiques : inondations, érosions, sécurité alimentaire, pollution des réserves d’eau et épidémies telles que la dengue.

Détection des virus entériques pathogènes en Polynésie Française

(Nouvelle-Zélande : ESR ; Polynésie Française : CRIOBE, CHSP, DRMM ; Luxembourg : Centre de recherche publique Gabriel Lippmann)

Les gastro-entérites aiguës, principalement causées par des virus entériques, sont l’une des principales causes de morbidité dans le monde. Les personnes sont exposées à ces virus par divers modes de transmissions : contact personne-à-personne, consommation ou contact avec des eaux contaminées par des eaux usées, ou encore consommation de coquillages cultivés dans ces eaux. Identifier, analyser ces virus et leurs provenances accompagnera le développement de la santé publique dans le Pacifique Sud.

Valorisation de l’industrie du miel en Polynésie Française par la mélissopalynologie

(Nouvelle-Zélande : GNS Science ; Polynésie Française : Association d’apiculteurs)

La Nouvelle-Zélande est un exemple mondial du succès potentiel de l’industrie du miel. Identifier, analyser et isoler les différents pollens en Polynésie Française aidera les apiculteurs locaux à développer un miel monofloral de haute qualité produit par la flore unique de Polynésie, à la fois pour une consommation locale mais également potentiellement pour l’export.
**A propos du Fonds Pacifique :

GIFCréé en 1985 par le Ministère des affaires étrangères, le « Fonds Pacifique » co-finance chaque année des projets sociaux, économiques, scientifiques et culturels visant à l’insertion régionale de la Nouvelle–Calédonie, de la Polynésie française et des îles Wallis-et-Futuna.

L’appel à projets se déroule annuellement entre septembre et novembre pour des projets démarrant l’année suivante.

Dernière modification : 06/10/2015

Haut de page