Un mémorial français pour célébrer l’amitié franco-néo-zélandaise à Wellington en 2018 [en]

Afin de définir les éléments esthétiques et mémoriels nécessaires à la conception et à l’élévation du monument, un symposium réunissant des personnalités néo-zélandaises et françaises est organisé du 6 au 13 décembre 2015 en France.

PNGLe mémorial, dont l’inauguration est prévue pour novembre 2018, sera dédié à l’amitié franco-néo-zélandaise, s’appuyant sur le sacrifice commun de la Grande Guerre. Il sera édifié au sein du Pukeahu National War Memorial Park de Wellington, qui rend hommage aux 100 000 soldats néo-zélandais ayant servi pendant la Grande Guerre.

À cette occasion, une instance de réflexion réunissant des personnalités qualifiées néo-zélandaises et françaises a été créée. En effet, le mémorial représentant la relation entre les deux pays, ses caractéristiques et sa finalité mémorielle doivent être pensés collectivement. Le rôle de cette instance de réflexion est donc de donner au maître d’œuvre qui sera retenu les éléments de réflexion esthétiques et mémoriels nécessaires à l’élévation du monument.

Cette instance, réunie dans le cadre du symposium organisé en France du 6 au 13 décembre 2015, est composée de :

  • Général Rhys Jones, ancien chef des forces armées néozélandaises, directeur du patrimoine militaire au ministère de la culture, directeur de l’exposition « The Great War » ;
  • Dave Armstrong, dramaturge, journaliste, concepteur d’expositions et d’applications pour smartphones liées aux commémorations du Centenaire ;
  • Elizabeth Knox, écrivain, auteur d’un roman sur la Première Guerre mondiale, After Z-Hour ;
  • Stephen McDougall, architecte, directeur du cabinet Studiopacific architecture. Il a notamment conçu le mémorial néozélandais à Canberra, en Australie ;
  • Monty Soutar, historien, spécialiste de l’histoire des troupes maories dans les deux conflits mondiaux ;
  • Robin Laing, productrice de cinéma, auteur d’un documentaire de référence sur la Seconde Guerre mondiale, War Stories ;
  • Jean Richardot, photographe ;
  • Patrice Alexandre, artiste plasticien ;
  • Yves Le Maner, historien.

Au cours du symposium, les personnalités invitées pourront notamment découvrir les sites de mémoire 14-18 en France. Outre la carrière Wellington et Longueval, les visites du Musée de l’armée de Paris, du Musée de la Grande Guerre de Meaux, du mémorial de Verdun et des champs de batailles en Artois et dans la Somme sont au programme.

Source : Site de la La Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale

Dernière modification : 26/09/2016

Haut de page